21 Avril 2016

Mode thérapie, soin de support au chevet de la féminité avec Garance, lingerie /maillots de bain post cancer du sein

Chez Garance nous sommes persuadés que la reconquête de la féminité, mise à mal pendant les traitements du cancer, passe par une garde-robe adaptée et qui nous plaise.
Une des épreuves les plus difficiles est de rester en harmonie avec son corps pendant et après les différents traitements. Une jolie parure de lingerie, par exemple, peut vous accompagner et vous aider à vous sentir mieux dans votre corps et à reprendre le contrôle.
La mode thérapie est pour nous un réel soin de support et un vrai soutien au quotidien. Pour rappel, la prise en charge d'un cancer ne s'arrête pas au traitement de la seule maladie. Les soins de support sont définis comme l'ensemble des soins et soutiens nécessaire aux personnes malades tout au long de leurs traitements. Ils se font en association avec les traitements spécifiques contre le cancer éventuellement mis en place.

Dans cet article, Cécile Pasquinelli, fondatrice de Garance nous raconte son expérience et comment de la jolie lingerie adaptée et des maillots de bain tendances peuvent nous aider à améliorer notre qualité de vie pendant et après un cancer du sein.
« En 2010, j’ai traversé toutes les étapes du cancer du sein, du diagnostic à la guérison. Durant ce long parcours, je suis passée du statut de patiente, à celui de convalescente, et enfin à celui de rémission… sans jamais cesser d’être une Femme, une mère et une épouse. A l’époque, et encore aujourd’hui, la mastectomie a déclenché une avalanche de questions identitaires, car elle a malmené ma féminité. Qui suis-je désormais ? Je dois accepter ce nouveau corps mais, comment l’habiller et me sentir belle à nouveau ? Au sortir de cette expérience, j’ai créé Garance, une marque lingerie/balnéaire post-cancer. Mode, féminité et solidarité, accompagnent ici les femmes dans leur reconstruction identitaire. La Mode-Thérapie soigne l’égo, l’être, l’image de soi, et le regard de l’autre. C’est une aide très précieuse pour toutes les femmes.
La mastectomie
La prise en charge du cancer du sein a beaucoup évolué ces dernières années. Elle prend désormais en compte la santé de la patiente dans toute sa dimension : médicale, psychique et sexuelle.  Mon vécu de patiente face à l’ablation est ambivalent. D’un côté suite à un long processus médical et chirurgical, la maladie a finalement été vaincue. Après l’intervention et les traitements, mon corps est « guéri ».  A l’époque, c’est un énorme soulagement, pour mes proches et moi. A ce moment je peux clairement ressentir qu’il y aura ma vie « avant » et ma vie « après ». En tant que « survivante », une fois l’étape des traitements passée, une multitude de questions, d’angoisses et de doutes m’assaille.

Qui suis-je ?
Si mon corps est guéri, mon image et mon identité ont été mises à mal. Mon corps et ma silhouette ont radicalement changé et je vais devoir me les réapproprier.  Il va falloir faire « avec » ce nouveau corps.  Mon identité se résume désormais au passage de la malade, à la patiente, à la convalescente, à la femme en rémission… De nombreuses questions existentielles s’abattent sur moi. On a soigné l’enveloppe de mon être, mais à l’intérieur qui suis-je désormais ? Je suis toujours une femme, une mère, une épouse, seulement j’ai du mal à me reconnaître.  Comment accepter ce nouveau corps ? Comment vont réagir mon mari, mes enfants, mes proches ? Avec les traitements qu’impose un cancer du sein, on peut perdre l’assurance que l’on avait dans sa féminité, d’où l’importance du suivi psychologique et du partage. Les groupes de paroles, s’avèrent libérateurs et salvateurs pour les participantes se sentir écoutée et soutenue est un réel besoins. L’identité féminine est ébranlée, l’image de soi écornée.
Le Sein, un organe chargé d’émotions
Le cancer du sein touche un organe hautement symbolique pour chaque femme et n’a rien d’anodin… Le Sein est le marqueur essentiel de l’identité féminine et aussi de la maternité. Il est à la fois le sein nourricier/maternel et une zone érogène de la sexualité féminine. Ceci en fait un organe très chargé émotionnellement.
Il incarne la féminité tout en étant un symbole de la beauté. (4)
Toutes les femmes savent que le sein est tout autant porteur de douleur que de plaisir. En effet, les deux sont souvent liés : chaque variation hormonale agit sur la sensibilité du sein, rappelant aux femmes ce qu’elles sont à travers le cycle menstruel, la maternité et l’allaitement.
Et après ?
Lorsque j’ai été malade, j’ai ressenti à la fois de la colère, de la frustration, du désarroi, de la faiblesse… Le mot qui me vient à l’esprit quand je repense à cette période est INJUSTICE. Cette maladie est injuste. Elle frappe au hasard et détruit trop de choses sur son passage. Aujourd’hui, je m’engage auprès des femmes, pour les soutenir dans leur reconstruction identitaire.
Ma participation au groupe de travail à l’origine du documentaire de Caroline Swysen, « Guérir le Regard » (1) est une des formes de cet engagement.
Parce que pour les femmes ayant traversé cette épreuve, la question demeure.  Une fois l’enveloppe charnelle guérie, comment habille-t-on ce nouveau corps ?  Pendant la maladie, j’ai découvert que pour glisser et camoufler une prothèse externe, la lingerie doit être adaptée. Or celle qui est proposée est très « orthopédique ».  J’ai trouvé les modèles tristes, austères, et visuellement trop « médicalisés ».  Après toutes ces épreuves et cette souffrance, j’avais envie de renouer avec la vie, la beauté, la Mode. Mes espoirs ont vite été douchés quand j’ai constaté le peu d’offre de produits lingerie/balnéaire mettant en avant les Tendances et la Mode. J’ai vécu ce moment comme une injustice déprimante, une vraie double peine qui finalement me disait : « malade tu as été, malade tu resteras ».  C’est la raison pour laquelle j’ai décidé, en 2012, de me lancer dans l’aventure entrepreneuriale en créant Garance, la première marque française de balnéaire post-cancer. Pour que la plage reste un plaisir pour toutes. Je viens de compléter notre offre avec une nouvelle collection lingerie. Car, je sens bien que cet accessoire apparemment « banal », peut accompagner les femmes dans leur reconstruction identitaire.  Pour moi, cela  passe par des créations lingerie où Style et Fonction sont indissociables. Je souhaite aider les femmes à revaloriser une image de soi malmenée. Après tout ! La lingerie et les femmes, c’est un siècle d’histoire commune.

Petit rappel : Histoire de la lingerie
La lingerie est un grand marqueur de l’histoire féminine.  Un accessoire incontournable qui est aussi un repère du quotidien au féminin. Quand on se penche, en particulier, sur l’histoire de la lingerie, force est de constater, qu’elle se calque sur l’histoire des femmes et qu’elle impact notre vie quotidienne. Plus de cent ans d’histoire commune. On a en mémoire que les femmes brûlaient leurs soutiens-gorge en Mai 68 symbolisant ainsi la révolution féminine ! Puis, dans les années 80, le retour de la féminité affirmée et de l’expression de la séduction avec des pièces de lingerie spectaculaires : guêpières et porte-jarretelles de Madame Chantal Thomas(2). Pour les historiens de la Mode, il existe une étroite relation entre l’évolution, l’émancipation des femmes et l’histoire de la lingerie (3).
Cette histoire se prolonge et aujourd’hui, c’est à nous d’écrire cette nouvelle page. La mode participe pleinement à la reconquête d’une féminité mise à mal. L’évolution d’une lingerie post-cancer est en route pour toutes les femmes qui, après de telles épreuves, n’aspirent qu’à renouer avec la Mode pour « se retrouver », et «  se plaire » à nouveau. La mode n’est pas que futilité, c’est surtout dans ce cas, une véritable thérapie.
La Mode au service de la reconstruction identitaire
Mon vécu et ce qui était au départ une forte intuition se sont finalement révélés être une réalité pour de nombreuses femmes.
Mon leitmotiv ? Quand une femme se sent belle, elle se sent tout de suite mieux ! La mode est une aide précieuse dans la stratégie de re-narcissisation, nécessaire à toute reconstruction post-traumatique. C’est un fait, la mode possède des effets thérapeutiques. Tous ceux qui ne voient dans la Mode que futilité ont tort. Les cliniciens constatent que le premier signe de déprime s’exprime à travers des tenues négligées et un certain laisser-aller. Au contraire, un nouveau vêtement a un effet dynamisant pour le psychisme. Il donne la sensation de se renouveler. Le vêtement protège, dissimule et dans le même temps il nous expose et dessine notre image au sein du groupe, il permet de nous exprimer. La Mode en valorisant notre image, nous apporte un certain mieux être, une reconnaissance, une distinction. Un ressenti agréable que nous procure le renvoi de notre image dans le miroir. La première étape est de se regarder et de se plaire à nouveau, indispensable pour pouvoir se plaire et plus si affinités. La Mode-Thérapie soigne l’égo, l’être, l’image de soi, le regard de l’autre. C’est une aide précieuse dans la reconstruction de l’identité et de la féminité.
La Mode -Thérapie en action à l’Institut Curie
Après avoir régulièrement témoigné lors de différents groupes de paroles à La Maison des Patients de l’Institut Curie, j’ai participé aux sessions de travail du documentaire Guérir le regard (porté par l’Institut Curie), et une relation de confiance s’est créée entre nous. Ainsi est né un partenariat innovant : en mai et juin 2015, GARANCE a offert aux patientes, un pyjama à porter sans prothèse, durant leur hospitalisation pour mastectomie. Fluide et confortable, le pyjama dissimule l’asymétrie du corps par un savant jeu de volants. Hyper-féminin et glamour, il a été spécialement pensé pour les soutenir dans la reconquête de leur féminité.
EN CONCLUSION :
Je souhaite que le monde médical, élargisse son champs de vision au-delà de la maladie pour considérer que les patientes, avant d’être des malades du cancer, sont avant tout des femmes atteintes dans leur identité. La Mode-Thérapie est une aide précieuse dans la reconstruction de la féminité. Les collections Garance en sont une belle illustration."
Références
1 - Guérir le Regard se reconstruire après une mastectomie. Documentaire réalisé par Caroline Swysen pour l’Institut Curie (2014)
2 – C. THOMAS (2010) Histoire de la Lingerie – PERRIN, Paris
3 - CHENOUNE F (1999) Les dessous de la féminité, un siècle de lingerie – ASSOULINE, Paris
4 - ARTE – Le Sein dévoilé -  30/09/2015 

PayPal

J'accepte

Notre boutique utilise des cookies pour améliorer l'expérience utilisateur et nous considérons que vous acceptez leur utilisation si vous continuez votre navigation.